Arquenay La Femme, le Serpent, la Couronne !

A partir de ces trois mots, beaucoup d’images défilent :

  • la Femme : la maternité, la beauté, la tendresse, la force intérieure, la douceur, le don de soi, la générosité, l’abandon, l’épouse, la dame…
  • le Serpent : le reptile, le démon, le Diable, le venin, la duplicité, la confusion, la zizanie, le mensonge, le destructeur, l’irrésistible tentateur…
  • la Couronne : le royaume, la reine, la grâce, la gloire, l’aboutissement, la consécration, le diadème, la souveraineté, l’honneur, l’ornement…

Et puis, en ce moment nous pensons aux deux calèches qui se sont élancées le 2 juin dernier depuis les sanctuaires de Lourdes et de La Salette pour une immense procession à travers la France. Au bout de 104 jours de pèlerinage chacune et près de 2.000 kilomètres parcourus, les deux calèches se rejoignent à Pellevoisin le 12 septembre, après un passage, l’une à Pontmain, l’autre à Paris, et finalement après avoir tracé un immense « » à travers la France. Nous sommes proches de Pontmain et le 20 août, le passage de la calèche à La Cotellerie est bel et bien une joie partagée avec les pèlerins en marche.

Nous pourrions aussi dire que liturgiquement parlant nous sommes en marche au cours de l’été ; en effet, le 16 juillet nous avons célébré Notre Dame du Mont Carmel, le 15 août c’est la grande solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, le 22 août nous fêtons le couronnement de Notre Dame et le 8 septembre, c’est la fête de sa Nativité. Quelle belle aventure spirituelle de découvrir et d’approfondir au fur et à mesure les diverses facettes de Marie, Mère de Dieu et Mère de l’Eglise, notre Mère et Maîtresse de sainteté, Notre Dame et Servante du Seigneur, Reine de l’Univers et de tous les enfants de Dieu !…


La Femme…

En chantant l’hymne mariale Femme voulue par Dieu, nous contemplons la Femme selon le plan de Dieu : Femme comblée par Dieu, Femme guidée par Dieu, Femme donnée par Dieu, Femme vêtue par Dieu…

Femme voulue par Dieu
Comme une œuvre parfaite
En qui reposerait
Le don de son Amour,
Tu exultes de joie
Aux promesses de vie :
Les pauvres en ton enfant
Seront peuple de prêtres,
Fils du Très-Haut.

Il a été demandé à Véronique Lossky, orthodoxe, de répondre à la question suivante : « Quels passages des Évangiles concernant Marie vous touchent le plus ? »  Accueillons cette belle réponse : « La Passion. La Vierge au pied de la Croix. Chaque femme orthodoxe, qu’elle soit mère ou pas, ressent personnellement sa douleur de mère. Lorsqu’une femme souffre, en tant que mère en particulier, sa prière va tout naturellement vers la Vierge pour lui demander de partager sa souffrance, elle qui a pleuré le Christ crucifié. Et pour cela, le côté « mère compatissante » est l’un des aspects les plus quotidiens de la conscience orthodoxe vis-à-vis de la Mère de Dieu. Et, ne l’oublions pas, dans ce côté sacrificiel, on lit la promesse de résurrection.

Comment ne pas reconnaître là, le rôle de la Femme et celui de toute femme, de la mère, de celle qui aime jusqu’à tout donner et se donner elle-même ?… « Dans l’Esprit du Christ, en effet, la femme, chaque femme, peut découvrir tout le sens de sa féminité et ainsi se disposer au ‘don désintéressé d’elle-même’ aux autres, et, par-là, ‘se trouver’ elle-même. » ; telles étaient les paroles du Pape Jean Paul II dans sa lettre apostolique sur la dignité et la vocation de la femme à l’occasion de l’année mariale en 1988.


Le Serpent…

Le poète Antoine François Le Bailly (1756) peut nous renseigner sur le Serpent trompeur grâce à cette fable : L’Abeille et le Frelon

Une abeille dès le matin
Après avoir sucé mille fleurs d’un parterre,
Revolait vers sa ruche avec force butin.
Un frelon la rencontre, et, lui faisant la guerre,
Lui dit : Insensée ! Où vas-tu ?
Au travail, n’est-ce pas ? Te vaut-il un fétu ?
A quoi bon prendre tant de peine
Pour les menus plaisirs d’une indolente reine ?
Travaille pour toi seule, et ce sera tout gain.
Voilà ce que je te conseille.
L’autre lui répondit : Tu me prêches en vain :
Ce qui ne tourne pas au profit de l’essaim
Ne peut être utile à l’Abeille.

Et oui, malheureusement, le plan de Satan est bien un plan de tromperie et de mensonge. Satan voit qu’Adam et Eve, et aussi tous les hommes, ont reçu la même vie de Dieu, et toute la haine que Satan avait pour Dieu, il l’a retournée contre l’homme. Alors, Satan imagina son propre plan !

Pour faire face à cette tromperie, laissons-nous guider par les paroles :

  • de Saint Paul, « La nuit est fort avancée, et le jour approche ; dépouillons-nous donc des œuvres de ténèbres, et revêtons-nous de l’armure de lumière. » Romains 13, 12.
  • de Saint Pierre, « Soyez sobres, soyez vigilants ; parce que votre adversaire le diable, marche alentour, comme un lion rugissant, cherchant qui il pourra dévorer. » 1 Pierre 5, 8.
  • de Jésus en Saint Luc, « Voici, je vous donne le pouvoir de marcher sur les serpents, et les scorpions, et sur tout le pouvoir de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire. » Luc 10, 19.

Mère Marie de la Croix nous enseigne aussi que « La très Sainte Vierge Marie dès l’origine, est l’ennemie du démon. Elle participe à la victoire totale sur le démon, avec Jésus, son Fils. La victoire sur le démon commence par Marie. La grande humiliation du démon, c’est d’être vaincu par Notre Seigneur, qui s’est fait homme. » Entretiens spirituels B 9b. « Quand on proclame l’Assomption, on proclame la victoire de la Femme sur le serpent. » Entretiens spirituels B 9a. Alors, marchons à la suite de la Vierge Marie dans ce combat, selon les paroles du Livre de la Genèse : « Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon. »


La Couronne !

Saint Paul s’adresse aux Corinthiens en leur disant : « … Et tout cela, je le fais à cause de l’Évangile, pour y avoir part, moi aussi. Vous savez bien que, dans le stade, tous les coureurs participent à la course, mais un seul reçoit le prix. Alors, vous, courez de manière à l’emporter. Tous les athlètes à l’entraînement s’imposent une discipline sévère ; ils le font pour recevoir une couronne de laurier qui va se faner, et nous, pour une couronne qui ne se fane pas. » 1 Cor. 9, 23-25.

A nous de faire le bon choix, comme Marie elle-même !

La Vierge Marie, elle, a choisi la volonté de Dieu, elle est l’humble servante du Seigneur, et, parce que Servante du Roi, elle est devenue Reine, en sachant que « C’est de la Royauté du Seigneur que découle celle de Marie, mais celle-ci est une royauté maternelle et aussi une royauté d’épouse… » Entretiens spirituels B 7f.

La Liturgie des Heures nous fait chanter dans l’hymne Femme voulue par Dieu…

Femme vêtue par Dieu
D’un manteau de lumière
Quand l’ombre de la mort
S’étend sur l’univers,
Tu éclaires la voie
Du Royaume des cieux :
Servante du Seigneur,
Tu règnes dans la gloire
Avec ton Fils.

Notre Mère Fondatrice nous transmet la même réalité : « Marie a cru et elle a marché par l’abandon total, soumise à toutes les exigences divines. Aussi Dieu l’a couronnée de gloire au ciel. » Entretiens spirituels B 11b.

Au cœur de l’été où nous honorons Marie,  nous pouvons chanter de tout notre cœur :

Nous te saluons, ô toi Notre Dame
Marie Vierge Sainte que drape le soleil
Couronnée d’étoiles, la lune est sous tes pas.
En toi nous est donnée, l’aurore du salut

Quelle fut la joie d’Eve lorsque tu es montée
Plus haut que tous les Anges, plus haut que les nuées
Et quelle est notre joie, douce Vierge Marie
De contempler en toi, la promesse de vie.

Et nous, Petites Sœurs de Marie Mère du Rédempteur, en choisissant de nous mettre chaque jour à l’Ecole de la Vierge Marie à la suite de Mère Marie de la Croix, nous voulons chanter notre Mère par toute notre vie ! Magnificat !

A ce sujet, nous vous invitons à découvrir un court métrage d’une dizaine de minutes sur notre site. Voici le lien : https://www.petitessoeursdemariemereduredempteur.com/

Merci à la réalisatrice qui a su mettre en lumière ce qu’a écrit Mère Marie de la Croix : « Il faut non seulement agir avec Marie, mais agir en Marie, vivant dans son intérieur, dans ce tabernacle de beauté, de grâce et de lumière, dans ce sanctuaire de la Divinité. »

Les Petites Sœurs de Marie