La Cotellerie Nos Petites Sœurs en chantier !

Depuis la fin janvier, au cœur du village d’Arquenay, tout près de l’Eglise, la maison de nos Petites Sœurs est en chantier. Impossible de ne pas être au courant de cette actualité. Un ballet de camions vient déranger le calme de la place de l’Eglise.

Les gens sont curieux de comprendre ce que nous faisons. Une personne voyant les ouvriers enlever le crépi de la façade, nous dit : « vous faites un château ! ». « Non ! Nous ne faisons pas un château, nous restaurons la maison dont une poutre maîtresse menaçait de s’écrouler sur nous. » Peu de personnes connaissaient la vétusté de nos locaux. Nous-mêmes ne mesurions pas le danger… Ce sont les hommes de métier appelés à la rescousse qui nous ont dit que toute la partie arrière de la maison menaçait de s’écrouler ! Nos voisins d’Arquenay avaient noté que pendant 9 mois l’an dernier, nous avions dû fuir la dangerosité de notre maison et trouver refuge chez les Petits Frères à la Cotellerie.

Aujourd’hui, la moitié de la maison est détruite. Tout l’arrière était plus que vétuste et lors de la démolition nous avons pu voir l’état de la poutre. Nous rendons grâce à Dieu que rien ne nous soit arrivé ! Elle était complètement vermoulue et ne reposait sur rien à son extrémité !

Pendant ce temps d’attente chez nos Petits Frères, il a fallu choisir ce que nous voulions vivre. Rester à Arquenay ou s’en aller ? Voilà 50 ans que nous y habitons, ayant servi comme infirmières dans notre centre de soins puis comme hôtes dans notre maison de retraite. Aujourd’hui, petite communauté vieillissante, nous restons très attachées à ce lieu, à ses habitants et à sa paroisse. Après mûres réflexions, nous avons fait le choix d’y rester le plus longtemps possible même si aujourd’hui notre présence s’est transformée. C’est une présence de prière, de voisinage et de liens humains qui ont pour nous sœurs et habitants d’Arquenay beaucoup de prix.

A l’heure où nos églises se ferment faute de paroissiens, nous avons encore la chance d’avoir une messe hebdomadaire dans notre belle église d’Arquenay. Mais l’hiver, chacun était content de se replier dans notre petit oratoire pour ne pas geler pendant la messe. Une commission de sécurité aurait pu nous l’interdire tant nous débordions de partout dans ce petit espace. Pour continuer à être une humble présence d’Eglise au cœur du village, nous avons choisi d’ouvrir en toute sécurité notre futur oratoire et de transformer pour cela notre écurie qui ne servait pas.

Vous l’imaginez bien, ce travail de restauration et de reconstruction imposé par la sécurité tant des sœurs que de nos hôtes, suppose un budget que nous n’avions pas. Le projet n’est pas pharaonique. Nous souhaitons des locaux simples et sobres, capables de durer sans être obligées de refaire des travaux dans 10 ans. L’isolation et la sécurité sont ce qui guident les architectes et entreprises. D’où l’importance de refaire le crépi poreux extérieur pour éviter les infiltrations et moisissures à l’intérieur…

Nous rendons grâce pour les dons déjà reçus tant de communautés religieuses que de particuliers heureux de nous soutenir dans ce choix qui correspond en même temps à celui de rester en communion avec l’Eglise alors que notre congrégation connaissait une très grave crise menant une trentaine de nos sœurs à nous quitter. Sans cette aide précieuse nous n’aurions pas osé nous lancer dans ce projet. Il nous reste maintenant à être confiantes que d’autres donateurs pourront nous aider pour l’achèvement du projet en dépit des temps difficiles que tout le monde traverse avec les incidences économiques de la crise sanitaire du Covid-19.

Si vous voulez soutenir ce projet, Il est possible de faire un don aux Petites Sœurs de Marie directement  au 2 rue de la Gare, 53170 Arquenay ou en passant par la Fondation des Monastères ( 14 rue Brunel 75017 Paris) si on souhaite un reçu fiscal, en précisant que ce don est destiné aux Petites Sœurs de Marie.

Les Petites sœurs de Marie